Retour
Accueil Agenda Plan Liste

L'Histoire d'une grande appellation

De Saint-Anian à Saint-Chinian

Saint-Chinian tiendrait son nom du moine bénédictin Anian ou Aignan, disciple de Saint Benoît d'Aniane, qui, en 826, décide de créer un monastère entre Caroux, Héric et Espinouse. Lorsque le moine fût sanctifié, le lieu prit le nom de Saint-Anian, qui devint au Moyen-Âge Saint-Chinian, “Sant” se prononçant “Santch”.
Le vignoble de Saint-Chinian était né. D'un lieu initialement désert et sauvage, couvert de forêts et domaine des sangliers, les moines et les agriculteurs qui travaillent avec eux allaient construire un petit paradis où fleurissaient les jardins méditerranéens et où poussaient tous les fruits de la terre. Les premières lettres de noblesse du Saint-Chinian remontent à deux chartes signées par Charles Le Chauve et Charles Le Simple en 844 et 899. Ces deux chartes décrivent les possessions et les travaux de l'abbaye. Aux XIVe et XVe siècles, les fermiers s'opposèrent aux abbés à propos de l'usage des pressoirs, des fours, des moulins, et du droit de vendre le vin et les produits récoltés. En 1465, Renaud de Valon définit l'organisation économique du Saint-Chinianais, l'église perdant le monopole du vin. La construction de la voie ferrée ouvre dès 1860 les marchés du nord de Paris. La culture de la vigne, après la crise du Phylloxera, fut un moyen d'échapper à la misère. Dès lors l'histoire des vins de Saint-Chinian rejoint celle des grands vins du Languedoc. Un effort continu de qualité, la volonté d'affirmer une forte identité en ont fait très tôt l'une des plus belles Appellations d'Origine Contrôlée (AOC) du vignoble du sud de la France.

Un grand vin

AOC depuis 1982, l'Appellation Saint-Chinian a vu, en fait, le jour en 1951, date du décret de reconnaissance du Vin Délimité de Qualité Supérieure Saint-Chinian (VDQS). Dès 1946, sous l'impulsion du professeur Jules Milhau, grand économiste et fondateur de la cave coopérative de Causses-et-Veyran, dont il était maire, l'aire de l'Appellation avait été reconnue sous le nom de Côtes de l'Orb et du Vernazobres, du nom des deux cours d'eau qui la traversent. En 1951, l'Appellation fût rebaptisée Saint-Chinian, du nom du principal village du pays, où le commerce du vin était le plus actif et le plus florissant. Dans les années 70 et au début des années 80, sous l'impulsion du député du vin Raoul Bayou, maire de Cessenon-sur-Orb et Président du Syndicat, et d'hommes passionnés par leur terroir comme Georges Dardé, Président de la cave coopérative de Berlou, le vin de Saint-Chinian poursuivit sa marche vers la reconnaissance en Appellation d'Origine Contrôlée. La consécration intervient le 5 mai 1982, date du décret d'Appellation d'Origine Contrôlée pour les vins rouges et rosés. Celui-ci est venu reconnaître la qualité du travail des vignerons de l'Appellation, l'originalité de son terroir, et la typicité des vins de Saint-Chinian. Depuis, les vignerons ont continué à mettre en exergue la typicité et l'excellence des terroirs par un travail de hiérarchisation exemplaire. Saint-Chinian-Berlou et Saint-Chinian-Roquebrun ont ainsi été reconnus en appellation communale pour les vins rouges produits à partir de la récolte 2004. De même, le dossier d'accession à l'AOC Saint-Chinian blanc a été entériné cette même année.


Pour information, les AOC ont pour équivalent européen les AOP (Appellation d'Origine Protégée) et les Vins de Pays (VDP) correspondent au IGP (Indication Géographique Protégée).